femmes productivité

Être productive malgré ou grâce au cycle féminin

Quelle drôle d’idée me direz-vous ! Pourtant… Les règles touchent et influencent le quotidien des femmes.
Et si nous arrêtions de subir notre cycle menstruel pour en faire une force ?
J’ai participé à des ateliers sur le sujet, vu des conférences, lu des articles…

Je suis spécialisée dans la communication digitale, et en tant que formatrice, coach et femme, j’introduis presque systématiquement ce sujet. Certaines sont déjà informées sur le sujet, d’autres le découvrent. Voici mon approche synthétique et sympathique.

La réponse à la question est « grâce » !

Les règles au fait, c'est quoi leur job ?

Tabou de chez tabou les règles ! Intimes, mais pas que puisque le cycle biologique de la femme agit sur ses interactions avec les autres et sur ses performances. Il faut savoir qu’une femme aura en moyenne ses règles 500 fois dans sa vie. Le cycle dure environ 28 jours et débute le 1er jour des règles. Cette mécanique sert à préparer le corps à la grossesse. La couche interne de l’utérus va s’épaissir avec une forte production d’œstrogènes pour accueillir un ovule. S’il n’y a pas de fécondation, il y aura alors une évacuation, sous forme de saignements : les règles. Les variations hormonales sont très importantes et expliquent les fluctuations corporelles et psychologiques ressenties, avec sautes d’humeur et/ou douleurs.

Mesdames, qui n’a jamais entendu la fameuse question « T’as tes règles ou quoi » ?
Messieurs, n’y avez-vous jamais pensé lors d’échanges un peu musclés avec une femme ? Alors cet article est fait pour vous, pour ne plus juger sans comprendre et pour faire du cycle menstruel une véritable force.

Je ne culpabilise plus...
Je suis tellement plus efficace !

Il y a quelques années, je n’étais pas du tout connectée à tout ça. J’avais mes règles, ma mauvaise humeur récurrente… C’est tout, j’avançais coûte que coûte, je me forçais à travailler, à faire des efforts physiques ou émotionnels… Dur dur.

Puis j’ai participé à un atelier féminin à St Barth, organisé par Hoelenn Lebourdon, kinésiologue aux talents exemplaires ! Cela a été une révélation tonitruante et une expérience très intéressante. Dès le lendemain, j’ai commencé à observer mon cycle, mes comportements, mes émotions… Et j’ai commencé à… Renoncer! 

Stop aux rendez-vous quand je suis d’humeur recluse, stop au sport si j’ai trop de douleurs… J’ai halluciné d’être passée à côté de ça toute ma vie. Aujourd’hui, j’ai compris pourquoi j’avais des phases d’énergie intense, de replis sur moi et de réflexion profonde. Désormais, je m’écoute et je me respecte. Je ne culpabilise plus, je suis tellement plus efficace ! Je fais aussi très attention à ne pas faire payer ma mauvaise humeur aux autres, surtout que je fais partie de celles qui peuvent être de très, très mauvaise humeur.

Je ne subis plus mes cycles et j’assume cette réalité hormonale. Ça a changé ma vie ! Je ne suis plus productive MALGRÉ mon cycle menstruel, mais bien productive GRÂCE à lui. Assez parlé de moi, je vous explique tout.

4 phases stratégiques qu’il faut écouter pour composer et performer

la vague

Le cycle menstruel est composé de 4 phases bien distinctes qui agissent fortement sur le comportement, l’énergie et les émotions. Il existe de nombreuses métaphores qui permettent d’imager les différents stades par lesquels nous passons.

Celle de « la sorcière, la jeune fille, la mère et l’enchanteresse » est l’une d’entre elles. Ma préférée est celle de l’analogie au SURF de Gaëlle Baldassari, fondatrice du mouvement Kiffe ton Cycle !. Je vous livre mon interprétation personnelle, et vivement inspirée du travail de toutes ces femmes qui depuis des années, se sont données pour mission de reconnecter les femmes à leur cycle.

PHASE 1
La sorcière, période de fatigue et d’isolement... Vital !

Le 1er jour des règles, c’est le 1er jour de cycle.

Les règles durent de 1 à 5 jours. Le niveau d’hormones est au plus bas. C’est une période de fatigue, parfois intense. Nous avons besoin de calme, de prendre du temps pour nous, de réfléchir et de méditer. C’est là qu’il faut recharger les batteries. Il est conseillé d’éviter de commencer un projet ou de négocier une chose importante à ce moment-là. Par contre, c’est maintenant qu’il faut prendre le temps de réfléchir, planifier des tâches, voire méditer pour les adeptes. Prendre du temps pour soi.

Sur l’eau, c’est le moment où la mer est calme, l’énergie est basse et tout est tranquille. Respecter un état moins dynamique que d’habitude est vital, car dans la nature aussi il y a des cycles. Le mot fatigue n’est pas péjoratif, il est le reflet d’un état nécessaire pour se ressourcer.

les règles

PHASE 2
La jeune fille, période de montée d’énergie…

pré ovulation

Puis les oestrogènes commencent à augmenter, c’est la période de « la jeune fille ». La phase de pré-ovulation (5 à 11 jours) où la production d’hormones est active. Leur augmentation  provoque une remontée d’énergie. Nous sommes comme des machines de guerre, des femmes super actives. C’est  le moment de passer à l’action, de se lancer dans les todos et d’amorcer les nouveaux projets pensés et prévus dans la phase 1.

Le côté jeune fille vient de ces pulsions plus séductrices qu’à l’accoutumée. Avez-vous remarqué que régulièrement, vous avez plus envie de… Disons, de vous faire remarquer plus que d’habitude ?

Alors les filles, on profite de son élan hormonal pour optimiser son énergie de superwoman, on monte sur la vague pour arriver… Au top!

PHASE 3
Le top ! Top des hormones, top de notre énergie…

La période  de « la mère » correspond à la phase d’ovulation (11 à 17 jours) durant laquelle nous sommes ultra sociables et où nous prenons plaisir à aider les autres. Le taux hormonal est à son max, il n’y a pas meilleur moment dans le mois pour être dynamique, profiter des autres et être auprès d’eux. Heureusement que cette phase-là ne dure pas 3 jours !

Les relations sont plus aisées et empathiques. Le côté maman prend tout son sens : prendre soin des autres, veiller aux bonnes relations… C’est le moment pour organiser des réunions, des ateliers avec vos clients, des repas entre amis, de sortir en famille…

ovulation

PHASE 4
Avec l’enchanteresse, c’est le kiffe ou la cata

prémenstruel

Comme dit Gaëlle, en surf, être dans le tube de la vague c’est le gros kiffe. Et moi, je dis que si on se retrouve dans l’écume… C’est la cata !

C’est tout à fait le portrait de « l’enchanteresse » qui peut être redoutablement efficace ou… Relou. 

La phase prémenstruelle (17 à 28 jours) présente une baisse de production d’hormones qui se caractérise par une diminution de l’énergie. C’est une période tumultueuse où on retrouve les syndromes prémenstruels, principalement les terribles sautes d’humeur. C’est là qu’il faut comprendre que ce n’est pas la faute des autres si tout nous saoule ! 

Avant, je ne comprenais pas pourquoi je me retrouvais d’une humeur noire pendant plusieurs jours, et souvent sans aucune raison ! Honnêtement c’était plus agaçant pour moi que pour les autres, parce que je ne m’en prenais pas à eux pour un oui ou pour un non, mais je subissais. 

Maintenant, je comprends… Et dans ces moments-là, je préviens mon chéri, je prends sur moi, et l’entourage est prévenu que ce n’est pas le moment de m’échauffer les oreilles ! Ma patience atteint très vite sa limite pendant cette phase-là.

Le secret, c’est d’ajuster ses exigences

D’autres métaphores peuvent vous aider à comprendre : 

  • la lune avec ses 4 quartiers qui apparaissent et disparaissent dans un éternel recommencement
  • la vie de la nature au fil des 4 saisons

Respecter ces phases, c’est profiter d’une énergie innée du corps. En ne respectant pas votre phase de repos, celle de vos règles, vous vous privez d’une recharge naturelle et optimisée de vos batteries, comme si sur une planche de surf vous étiez à genoux. C’est faisable, mais pas top pour kiffer non plus…

Donnez-vous ce temps dans le mois de vous régénérer et profitez de l’inertie de votre puissante énergie féminine.

Ne subissez plus votre cycle menstruel et acceptez vos variations d’humeur pour vous laisser porter. Se réconcilier avec soi, son corps, c’est exploiter tout notre potentiel pour être bien dans nos corps et dans nos têtes.

La coach de l’équipe de foot féminin de Chelsea l’a bien compris et prend désormais en compte les cycles menstruels de ses joueuses pour améliorer leurs performances sportives.

Le secret, c’est d’ajuster ses exigences, sans devenir capricieuse pour autant ! Il faut savoir lever le pied certains jours pour se ressourcer, prendre du recul pour mieux prendre son élan, et foncer au bon moment pour se surpasser !

Chaque phase est importante, n’en négligez aucune. Elles ont toutes un intérêt dans votre vie personnelle et professionnelle.

Allez, à vous ! Notez dans vos agendas les dates de votre cycle, mais aussi vos humeurs, vos émotions, vos ressentis… Avez-vous été efficace dans votre travail ou perspicace de caler un rendez-vous pendant telle ou telle période ? Repérez les moments où vous vous sentez plus séductrice ou plus susceptible. 

Les commentaires sont à vous pour raconter vos anecdotes et rassurer celles qui ressentent la même chose que vous, car vous n’êtes pas seules.

magali web

Magali

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

6 réponses

  1. Un beau résumé de notre complexité. Mettre des mots c’est bien.
    Bien qu’elles ne soient plus présentes, j’ai toujours ces montagnes russes qui me rappellent mes règles.
    A bientôt pour ton prochain article.

    1. Bien que le corps change, tu confirmes le fait qu’il est toujours soumis à des cycles, même lorsqu’on n’a plus ses règles. Merci de ton commentaire Fabienne, à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.